Project Gems

Les robots de soudage dirigent le reste de la production

Le constructeur de cuves et d’appareils GEMS à Pay-Bas a réalisé l’année dernière une sérieuse conversion en passant du soudage manuel au soudage robotisé. A première vue, il s’agit là d’une étape logique puisque 80% des heures sont dédiés à l’activité de soudage. GEMS a revu toute l’organisation du travail à divers niveaux. « En 2 ans, notre entreprise a complètement changé », lance le directeur, Jan Grasmeijer. Aujourd’hui, GEMS soude des pièces et des cuves entières avec les robots qui sont intégrés à la production. Valk Welding a conçu et installé les systèmes, accompagné les collaborateurs et guidé l’entreprise tout au long du processus de conversion.

L’expertise de GEMS se situe sur le marché des produits volumineux. La société est notamment le partenaire de production européen d’une entreprise américaine qui loue des citernes propres. Une croissance stable lui a permis d’investir dans une installation robotisée. Jan Grasmeijer, directeur général : “Lorsque vous travaillez avec des soudeurs manuels, en 3 équipes, vous ne pouvez pas garantir une qualité constante. Il était donc temps de penser sérieusement à automatiser le soudage. Acheter un robot n’a rien de difficile, encore faut-il l’intégrer correctement dans l’organisation pour générer rapidement un rendement. Valk Welding nous a guidé pendant tout le trajet.”

D’un modèle rigide à un modèle flexible
Rik Grasmeijer, directeur technique: “Nous disposions depuis longtemps d’un robot de soudage Cloos mais celui-ci n’était dédié qu’à une seule tâche. A chaque modification ou nouveau programme, il fallait contacter le fournisseur. Nous avions une autre idée de l’automatisation. Un robot doit faire partie intégrante du processus de production. La flexibilité est donc un must et le rendement du robot doit diriger le reste de la production. Ceci a posé des exigences pointues à la logistique, aux sous-traitants et à la qualité de la préparation du travail. Mais lorsque vous accédez au procédé flexible du soudage robotisé, comme ce fut notre cas, vous profitez d’une bonne approche dès le départ. Les robots de soudage de Valk Welding sont programmés hors ligne, et nous utilisons les données CAO de l’ingénierie comme point de départ.” A partir de là, des programmes de soudage 1 sur 1 sont écrits pour les installations robotisées de Valk Welding.

Des cuves de 70 m3
GEMS s’est lancé dans le soudage robotisé avec son produit le plus volumineux : des cuves de stockage mesurant 11 x 2,5 m et 3,7 m de haut. Alex Hol, conseiller technique chez Valk Welding, a suivi le projet de A à Z : “Ce n’est peut-être pas le produit le plus pratique pour se lancer dans le soudage robotisé, mais c’est le produit qui nécessite le plus d’heures de soudage. Nous avons livré un robot de soudage et un portique long de 15 mètres, avec une traverse de 3 mètres en perpendiculaire. Ceci permet un déplacement à une hauteur de 2,5 m, le robot étant monté en dessous. Le robot peut donc atteindre tout le produit. L’installation a été livrée clés-sur-porte, avec un programme pour un type de cuve et une formation en programmation pour 3 collaborateurs. Valk Welding a par ailleurs adapté le système de Cloos en un robot de soudage Panasonic qui a permis d’augmenter la production.”

Un positionnement sans serrage
Les grandes cuves de stockage sont posées au sol puis basculées à l’aide d’une grue pour permettre au robot de souder correctement dans toutes les positions. Alex Hol: “Un tel volume est juste trop grand et trop lourd à la manipulation, et cela s’avère coûteux. Nous avons donc décidé de positionner la cuve devant le robot, avec une tolérance d’environ 10 cm. Ceci a naturellement des conséquences lors du choix du positionnement. Aussi, nous laissons le robot, avec le fil de soudure et la tête gazeuse, rechercher la bonne position pour le cordon de soudure. Les écarts détectés par rapport aux positions programmées sont automatiquement corrigés dans le programme de soudage, puis le robot se met au travail. Une cuve est aujourd’hui entièrement soudée, intérieur et extérieur, en 14 heures, alors qu’il fallait plus de 40 heures pour le soudage manuel.

Le rendement atteint après 3 mois
Jan Grasmeijer: “Etant donné que nous avions mis plusieurs collaborateurs sur le système de Valk Welding, que l’ingénierie était passée au 3D et que la logistique avait suivi cette approche, nous avons réussi à produire la quantité souhaitée avec le robot après à peine 3 mois. L’ensemble du processus de soudage robotisé a été intégré dans l’organisation. Nous produisons aujourd’hui des cuves en plusieurs variantes. Un prototype d’un nouveau modèle est soudé à la main. Dès que les commandes de plusieurs pièces rentrent, nous activons les robots. Entretemps, six collaborateurs ont suivi une formation en soudage robotisé et sans doute que d’autres suivront pour augmenter la production. ”

www.gems.nl

Demande d’informations
“Since we had already trained a number of employees with the Valk Welding system well beforehand, the engineering had switched to 3D and we had already tackled the logistics, we were able to produce the desired production numbers on the welding robot withi”

Jan Grasmeijer
General manager Gems

Retour au sommaire